AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
BIENVENUE SUR THE LAST CHANCE
N'oubliez pas de voter pour THE LAST CHANCE sur top site toutes les deux heures :heart:
Merci de favoriser les groupes my fault et demons, vous y gagnerez un bonus de 100 points.

Partagez | .
 

 Logan - C’est seulement quand on a tout perdu qu’on est libre de faire tout ce qu’on veut.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


“ Invité „

MessageSujet: Logan - C’est seulement quand on a tout perdu qu’on est libre de faire tout ce qu’on veut.   Mer 15 Jan - 16:01




LOGAN THEODORE WIGGINS
feat. Ben Barnes @crédits

Salut! Moi c'est Logan Théodore Wiggins, et j'ai 30 ans. Je suis né(e) le 19 juillet à Fort Bliss, je suis donc américain, mais d'origine australienne. Je suis actuellement célibataire et intéressé(e) par les femmes. Dans la vie, je suis enseignant à l'école militaire et à Fort Bliss mon lien avec l'armée est demons. Sinon, il parait que je ressemble à Ben Barnes. C'est dingue non?


Quel est votre lien avec l'armée ? Détaillez en 5 lignes minimum  
L'armée c'est toute ma vie ou presque... J'ai toujours su que j'étais fait pour porter l'uniforme. alors après le lycée, une fois que j’ai reçu mon diplôme je me suis engagé contre l'avis de tous... Ma famille, mes amis, ils n'étaient pas trop pour. Mais j'ai pas écouté, et j'y suis allé. D'abord simple pion, j'ai grimper les échelons... J'étais Sergent-chef quant en Irak on m'a pris ma main. J'ai été forcé d'être au arrêt. A quoi sert un militaire avec une main en moins? J'ai attendu que ça cicatrise, on m'a crée un prothèse parfaitement adapté... Mais une prothèse ne remplace pas une main. Il a pleins de chose que je n'arrivais plus à faire aussi bien qu'avant. Et l'idée de revenir à une vie calme et normale grandissait en moi... J'avais juste pas la moindre idée de quoi faire. Alors... Je suis venu ici à Fort Bliss, et compte tenu de mon grade, de mon passé, de mon expérience... On m'a proposé d'enseigner aux nouvelles recrues.


PSEUDO ~ seassaes  PRÉNOM ~ caro PAYS, RÉGION ~ lorraine, france  ÂGE ~ 20 ans COMMENT AS TU DÉCOUVERT TLC ~ facebook  DERNIER MOT ~  :sex: 


made by @blueprint && mistletoe



Dernière édition par Logan Wiggins le Mer 15 Jan - 19:50, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité


“ Invité „

MessageSujet: Re: Logan - C’est seulement quand on a tout perdu qu’on est libre de faire tout ce qu’on veut.   Mer 15 Jan - 16:01




TELL ME YOUR STORY
petite citation @crédits

Naissance, à Austen – « Logan Theodore Wiggins, bienvenue parmi nous. » Fatiguée, exténuée, Barbara Wiggins tandis ses bras maigres vers la sage-femme qui lui donna aussitôt le nourrisson. La bouille de son père, et exactement les mêmes yeux que son grand-père, c’est ce qu’elle remarque immédiatement. Le sourire aux lèvres, les yeux émerveillés, elle leva la tête vers son époux, Joseph. « Il te ressemble. Il est beau. » Se penchant sur le bébé, Mr Wiggins déposa un baisé sur son front avant de faire de même avec son épouse. « Il a le même nez que toi. Il est parfait. » Silencieux, ils contemplèrent le bambin endormi dans les bras de sa mère pendant de nombreuses minutes. Jusqu’à ce qu’il ouvre les yeux et gigotent un peu. « Tu veux le prendre ? » Manquant un peu d’assurance, Joseph Wiggins s’empara de l’enfant et le porta contre son torse, contemplant le fruit de l’amour qui les unis, sa femme et lui. Son doigt alla à la rencontre de la minuscule main de son fils, et un sourire illumina son visage au contact. Toujours taquin et prêt à faire une blague, il lança : « Chérie, on a un problème notre fils à un doigt en trop. » ; « Arrête voir tes conneries. » lança-t-elle en lui donnant un petit cou dans les côtes. Riant presque aux éclats, Joseph de mit alors à vérifier ses dires. « Un, deux, trois (…) et dix ! Le compte est bon. » ; « Et ceux des pieds t’as vérifié ? » lança Barbara en se redressant légèrement dans le lit. Le sourire aux lèvres, complètement gaga de son fils à peine né, Joseph se mit à compter les doigts de pieds de son fils. « .. neuf, dix et… onze.» ; « Arrête tes conneries », répéta-t-elle. « Je te jure ! Que c’est pas une connerie, compte par toi-même. » Et après moult et moult vérifications, parce que sait-on jamais, peut-être que dans l’euphorie le même y est passé deux fois, il s‘est avéré que Logan Wiggins est effectivement né avec un doigt de pied en trop. Doigt qui lui fut retiré rapidement et sans grande complication.

Logan a 4 ans, à Austen – « Elles sont chouettes tes chaussures ! » Le petit Logan leva les yeux vers son camarade juste devant lui. Celui même qui juste avant, lui avait prêté de la peinture bleu pour qu’il puisse finir son dessin. Il lui adressa un sourire avant de remarquer à son tour les chaussures du garçon. Vraiment trop cools. « Les tiennes aussi sont trop biens. » S’asseyant sur le sol à côté de lui, le garçon retira ses chaussures à scratch bleue. « On a qu’à échanger. » Logan ouvrit de gros yeux, ayant très envie d’échanger ses chaussures avec ce garçon. « Ma maman va m’engueuler. » L’autre garçon perdit le sourire et fronça les sourcils, en pleine réflexion. « Hhhhm. Sinon, t’en prend une, j’en prends une. » L’idée lui paraissait plutôt bonne. Et c’est ainsi que Logan rentra à la maison, une chaussure bleue au pied gauche et une chaussure rouge de l’autre côté.

Logan a 5 ans, à Austen – « Logan mon chéri… Viens voir dans la cuisine, ton papa et moi on aimerait te présenter quelqu’un. » Le petit Logan, à quatre pattes dans le salon, envoya valser sa petite voiture contre le meuble de la télé et se leva en quatrième vitesse pour courir dans la cuisine. Et là, c’est la surprise. Sa maman est debout un immense sourire aux lèvres, alors que son papa est assis sur une chaise, un bébé dans les bras. Un bébé. « Logan mon chéri, voici ta petite sœur. » Quoi ?! Il s’avance, curieux, et regarde la petite poupée remuer dans les bras de son père. « Elle est… » Il ne trouve pas de mot. Pourquoi est-ce qu’elle n’est pas comme lui ? Pourquoi est-ce que ses cheveux sont aussi noirs ? Pour est-ce que ses yeux sont tout tirés ? « … bizarre. » Son père éclate de rire à sa remarque et sa mère ne peut s’empêcher d’esquisser un sourire. « Elle n’est pas bizarre, c’est juste que nous l’avons adopté. Elle vient d’une autre famille, d’un autre pays. » Logan ouvre de grands yeux. « Mais ça famille… Ils peuvent pas la garder ? » La main de Mme Wiggins vient caresser le sommet du crâne de son fils. « C’est compliqué comme histoire, on t’expliquera quant tu seras plus grand. En attendant, dis bonjour à ta petite sœur, elle s’appelle Mako. » Mako ? Le prénom est tout aussi bizarre qu’elle. Faisant une moue un peu râleuse, Logan s’approcha néanmoins de la fillette. « Elle est minuscule en plus. Elle sert à rien. »

Logan a 16 ans, à Austen – « Quoi… ? Tu veux visiter le monde entier en un rien de temps ? Va chez Logan ! » lança Wesley en plein fou rire avant de porter la canette de bière à ses lèvres. « Pourquoi il dit ça Logan ? » demanda alors Rose clairement plus sobre que Wesley. Rose, ou du moins Rosalie est nouvelle dans le coin, petite blondinette, qui a sauté deux classes… Le genre première de la classe quoi, mais en nettement plus cool et plus jolie. Parce que y a pas à dire même si elle a que 14 ans, elle est plutôt jolie Rosalie. Dégageant la mèche de cheveux qui tombe sur son front, Logan s’empara de la bière de Wesley et en but une gorgée à son tour. « Ma mère, elle a eu des problèmes après m’avoir eu… Ce qui fait qu’elle est devenue stérile ou un truc du genre. Du coup, comme mes parents voulaient absolument avoir une graaande et heureuse famille, ils ont adopté. » A l’époque il s’avait pas, il ne comprenait pas, pour lui, Mako n’était qu’une chinoise que ses parents avaient abandonné un moment et que Mr et Mme Wiggins avaient recueillis pour un certains temps. Puis finalement, dix ans plus tard, Mako est toujours là. Il boit une seconde gorgée. « J’avais 6 ans quant ils ont adoptés Mako, elle avait 1 ans… Et ensuite ils ont adopté Zaïna.. »

Logan a 18 ans, à Austen – « Tu as fait quoi ? » Rosalie donne un coup de poing dans l’épaule de Julian, suivit d’une tape de la part de Mako et des larmes de Zaïna. « Je me suis engagé… » ; « Crétin ! » Il se reprend un coup, cette fois de la part de Wesley. Rosalie croisent les bras, visiblement furieuse que son petit ami ait signé un contrat avec l’armée sans même lui en avoir parlé, sans même en avoir parlé à personne en fait. Il venait d’obtenir son diplôme de fin d’année et ne sachant pas trop quoi faire, l’armée lui paraissait être une bonne idée. « Tu vas pas tenir une semaine » lança Rosalie toujours fâchée. « Alors tant mieux comme ça vous serez tous content de me revoir au bout d’une semaine ! » ; « T’as pas l’air de comprendre Logan ! C’est avec ta vie que tu joues. » Logan leva les yeux vers son meilleur ami, ce même garçon qui, des années en arrière lui avait gentiment proposé d’échanger de chaussures parce que les siennes étaient trop chouettes. En plus d’être son meilleur ami, il est comme un frère. Le seul que Julian prend la peine d’écouter, le seul à qui il demande conseil. « Et vous vous avez pas l’air de comprendre… Je suis pas comme vous moi. Je vais pas finir médecin, infirmière ou avocat, je suis pas fait pour de longues études ! J’ai toujours était un mec d’action. Il y a qu’à voir mon bulletin, la meilleure note que j’ai, c’est en sport. Je suis fais pour ça. C’est tout. »

Logan a 19 ans, de Fort Bliss à Austen – « Allo ? » Rien qu’à entendre la voix il l’a reconnait immédiatement. Celle de Mako. Et ça le fait sourire, ça lui fait tellement plaisir. « Ouais, Mako, c’est moi Logan. Comment tu vas ? » Quelque peu nostalgique, il se souvient du jour ou ses parents lui on présentée la petite fille qu’était Mako. Elle avait un an, aujourd’hui, la petite est âgée de 14 ans. Et même s’ils n’ont pas de lien de sang, même s’ils ne se ressemblent pas, Logan a appris à l’aimer plus que tout au monde. Tout comme il aime la dernière arrivée, Zaïna. « Hhhm… T’as allumé ta télé ? » ; « Non pourquoi ? » Avant même qu’elle ne réponde, il fait signe à son camarade d’uniforme de pauser sa clope et d‘allumer la télé. Immédiatement les premières images s‘affichent, et il a réellement du mal à croire ce qu’il est entrain de voir. « Putain, c’est pas vrai. » Il s’approche de la télé pour être certain que ce qu’il voit est bien réel, que ce n’est pas une farce. Pourtant les images ne trompent pas, c’est bel et bien les deux tours qui partent en fumée. « Logan… » Comment est-ce que c’est possible ? Putain de merde. « Je sais pas si Wes t’avait dis… » ; « Quoi ? » ; « Il est parti en voyage à New-York. » Il est vrai que comme Logan était occupé à manier des armes et que Wesley étudiait, ils n’avaient plus autant de temps qu’avant pour se parler. Ils s’appellent de temps. La plus part de temps, c’est Logan qui prend le téléphone, comme il ne sait jamais quant il a le temps, il en profite dès qu’il peut. Et maintenant qu’elle le dit, il est vrai qu’il y a deux semaines, quant il l’a appelé avant d’aller se coucher, Wes avait mentionné un voyage à New-York.

Quelques jours plus tard, à Austen – « Tu vas faire quoi maintenant ? » La main de Rose se pause sur son avant bras. Il lève les yeux vers elle. Même les yeux dégoulinant de maquillage, à cause des larmes qu’elle a versé, elle parvient à être jolie. « J’ai reçu un appel ce matin… En raisons des évènements récents… » Là bien sur, il mentionne les attentats de New-York. « Direction l’Afghanistan. » ajouta-t-il en remontant les manches de sa chemise noire. « Je pars demain. » Sans qu’il n’ait le temps de réagir Rosalie plonge dans ses bras, le serrant avec force. Elle le relâche, dépose un baisé au coin de sa bouche. Les choses ne sont pas claires. Ils sont sortis ensembles avant que Logan ne s’engage pour l’armée, mais ils n’ont jamais vraiment rompus. Pourtant elle a eu d’autres copains, il s’est tapé d’autres meufs. Il l’aime, mais c’est pas vraiment de l’amour. Il la trouve jolie, il ne dirait pas non à la retrouver encore dans son lit, il ne se voit pas vivre sa vie sans elle mais… Mais il y a un mais. Quoi ? Il ne sait pas. Tout ce qu’il sait c’est qu’il a beau l’apprécier, elle a beau être géniale, elle ne sera jamais la femme de sa vie. Il ne l’oublie simplement pas, parce qu’elle est la première. « Et toi, tu vas faire quoi ? » ; « Continuer à vivre. Poursuivre mes études de médecine… » ; « Tu viendras me soigner si j’en ai besoin ? » ; « T’en auras pas besoin. » Elle lui donne un petit coup en souriant, bien que pas très sur de sa dernière phrase. Il se retourne, une jeune fille d’origine asiatique, s’approche, tenant par la main une gamine légèrement plus petite qu’elle et plus bronzée. La plus petite lâche la main de sa grande sœur et vient de jeter dans les bras de Julian. D’un bras musclé, il a rattrape et de l’autre il attire la plus grande contre lui. Etrange portrait de famille. Rien ne colle chez eux. Aucune ressemblance. Et pourtant, c’est la plus belle de toutes les familles.

Logan a 24 ans, à Austen – « T’es une vraie femme maintenant. T’es belle comme ça. » Elle se retourne levant les yeux au ciel, mais lui lançant un sourire en guise de remerciement. Mako est vraiment très belle. « Après tant d’année tu viens seulement de te rendre compte que t’avais affaire au sexe opposé ? » demande-t-elle quelque peu amusée. « Tu sais les chinois, avec leurs yeux tirés, ils se ressemblent tous, on fait pas trop la différence. » Provocation, amusement. Elle lui donne une tape sur l’épaule avant de l’embrasser sur chaque joue. « Alors Mr le témoin, t’as préparé un discours ? » Il hausse les épaules. « Je vais improviser. » ; « J’ai hâte de voir. » C’est à ce moment là qu’elle fait son entrée, plus belle que jamais, ses cheveux rassemblés en un chignon, quelques mèches rebelles qui retombent sur sa nuque, une magnifique robe bustier, qui souligne parfaitement bien ses courbes… Il se surprend à lorgner sur la poitrine de la mariée avant de se reprendre. « T’aurais pu être le marié » chuchota Mako. Il aurait pu, c’est vrai… Mais ce n’est pas le cas. Rosalie n’est que sa première fois, sa première copine, sa meilleure amie… Pas la femme de sa vie. Quelque part, il jalouse un peu cet homme à ses bras, mais de l’autre, il est vraiment très content pour eux. (…) Un coup de coude dans les côtes, de la part de Mako, et il comprend que c’est à son tour de se lever et de faire un discours en l’honneur des mariés. Légèrement pris au dépourvu, il vide sa coupe de kir, avant de se lever et de s’avancer vers le devant de la salle et de s’emparer du micro. « Hhm… Salut… Moi c’est Logan, le meilleur ami de la mariée… Enfin, je pense l’être. » Inutile de mentionner le jour de son mariage qu’il est en réalité son ex petit-copain. Inutile. Il sourit, tournant son regard vers Rosalie. « Je connais Rosalie depuis de nombreuses années maintenant, et la première fois que je l’ai vu... Je me suis dis… Mais c’est quoi cette fille ? Encore une de ses premières de classe, absolument pas marrante et qui va tout rapporter dès qu’on fait un truc de travers. Je me suis trompé. Rose était bel et bien la première de la classe, en ayant déjà sauté deux auparavant… Mais j’ai fais un nombre incalculable de connerie, et jamais elle ne m’a vendu, jamais. Merci au passage. » Quelques rires se font entendre, il quitte Rosalie des yeux, pour chercher Mako. Elle lui adresse un immense sourire en guise d’encouragement. « Rose s’est révélée une fille incroyablement bien, intelligente, gentille et très jolie. On a grandi… Et on a vécu énormément de choses ensembles. Des fous rires, des gueules de bois, des secrets et surtout… la parte d’un meilleur ami. Malgré tout on a continué notre bout de chemin. Nos vies sont devenues trop différentes pour qu’on puisse garder réellement contact. Elle était ici à Austen et moi, j’étais à l’autre bout du monde, en Afghanistan… J’ai juste eu le temps de l’appeler pour lui dire que je partais pour l’Irak alors qu’elle m’annonçait qu'elle allait se marier...» Il lui sourit, s’approche d’elle, lui prenant la main, l’obligeant à se lever. « Je te remercierais jamais assez pour tout ce que tu m’as donné, et tout ce que tu as fait pour moi. » Il se tourne alors vers le marié, Jason Page, lui aussi est militaire, à vrai dire Rose et lui se sont rencontrés grâce à Logan. Il le connait depuis qu’il s’est engagé. « Mec, je te connais depuis suffisamment longtemps pour savoir que tu prendras soin de ma meilleure amie. Je vous souhaite tout le bonheur du monde, et j’espère que j’aurais la chance de devenir parrain dans un avenir proche ! »

Logan a 26 ans, en Irak – « Je crois que s’était un signe de la vie. Je suis né avec un doigt de trop, et voilà qu’on me prend ma main. Putain de merde, fais chier ! Ça fait mal. » Ce jour là, il se souvient avoir penser que la vie est quand même une belle garce. Il faut savoir qu’à la naissance, il n’avait non pas dix mais bien onze doigts de pied. Et que ce soir là, on l’a ramené à l’infirmerie en urgence la main déchiqueté, sur le point de perdre connaissance. Une balle dans le pied. Plus précisément dans l’un des orteils. Je vous laisse deviner à quoi la boucherie devait ressembler. La vie est une garce, elle lui donne un doigt de trop à la naissance, forcément en lui en l’enlève et au finale, il se retrouve avec deux autres en moins et… une main complètement en compote C’est tellement douloureux qu’il ne sent plus son pied, il se demande si il pourra utiliser sa main encore. Il détourne la tête, ne préférant pas regarder pendant qu’on le dépose, il préfère ne pas savoir qu’actuellement il lui manque un orteil et que celui d’à côté ne tient qu’à… Qu’à un lambeau de peau. Il préfère ne pas voir les doigts de sa main gauche complètement éclatés « Alors Mr Wiggins on sème ses orteils ? » Il peine à entendre cette voix, il ne la reconnait pas. Il s’en fiche. Tout ce qu’il veut s’est ne plus avoir mal. Il tente de lutter fasse à la douleur. Il grimace, hurle… Il sent les larmes rouler sur ses joues, ne pouvant se retenir d’hurler et de chialer. Il comprend à peine ce qu’on lui dit. Il sent qu’on lui injecte quelque chose, il croit, il n’est pas sur… Et dans un dernier hurlement, ses yeux se ferment et la douleur laisse peu à peu place à l’apaisement et au noir total.

Logan a 27 ans, de Virginia Beach à Austen – « Salut Mr Machine ! » Il sourit à cette remarque. « Salut l’asiat’ ! » ; « C’est totalement raciste ce que tu viens de me dire là. » ; « Tu sais bien que je t’aime ma petite Mako ! » Bien sur qu’elle le sait, elle n’en doute pas une seule seconde. Mais c’est toujours comme ça entre eux, toujours entrain de se chercher, de se provoquer… Rien de bien méchant. « Je vais rentrer Mako » ; « C’est vrai ? » ; « Ouais... » ; « C’est… Fabuleux ! » Il laisse échapper un soupire, même si un sourire s’empare de ses lèvres. C’est pas une décision prise sur un coup de tête, bien au contraire. Il y pense depuis un bon moment. « Je vais aller cherché Zazou à Chicago... Un appartement m’attend à Fort Bliss » ; « Super mais… Logan est-ce que t’as bien réfléchit ? Cet uniforme, c’est toute ta vie… » C’est marrant, quant il leur a annoncé qu’il s’engageait, personne n’était d’accord, et maintenant qu’il annonce qu’il veut s’en aller, tout le monde réagit exactement de la même façon. Il est vrai que cet uniforme est fait pour lui, et peut-être qu’il le regrettera un jour ou l’autre… Mais pour le moment non, sa décision est prise. « Tu sais… J’ai besoin de plus qu’un boulot dans ma vie. Je crois que… Je crois que j’ai envie de trouver une femme, de mener une vie tranquille et d’avoir des enfants. C’est pas en risquant ma vie au quatre coins du monde que je peux faire ce genre de chose. Bien sur que ça me fait mal au cœur, parce que malgré les risques, malgré les pertes, j’aime ça plus que tout mais… Mais à un moment, il faut faire un choix. Et j’ai fais le mien. Je sais que tant que je porterais cet uniforme, je ne pourrais pas mener la vie de famille dont je rêve alors… Alors voilà. Et puis… Je sers plus à grand-chose avec une main pareil… »

Logan a 28 ans, à Fort Bliss – « Rappelles moi pourquoi je t’ai prise avec ? » ; « Parce que tu m’aimes plus que tout au monde et que tu peux pas te passer de moi ? » Il éclate de rire à cette remarque. C’est vrai qu’il aime sa petite sœur plus que tout, mais il peut très bien vivre loin d’elle sans problème. La preuve, il a réussi à survivre en Afghanistan ou en Irak et elle n’était pas là. « Tu me promets de bien te tenir ici ? » Elle se contente d’hocher la tête. « Zaïna… » ; « Ok, ok, je vais faire de mon mieux ! » Mouais, pas très convaincue, il ne répond cependant rien de plus. En réalité, si Logan embarque la plus jeune de ses sœurs avec lui, c’est parce que ses parents n‘en peuvent plus. Autant Mako était facile à vivre, autant Zaïna leur fait vivre un véritable enfer. A 17 ans, elle s’est déjà faite renvoyé de pas mal de lycée… Alors pour soulager un peu ses parents, et pour tenter de recadrer la jeune fille, Julian, a décidé de tenter le coup en amenant Zaïna avec lui.

Logan a 29 ans, à Fort Bliss – Il vient de finir son boulot, mais avant de rentrer chez lui, il décide de faire un saut chez Anna, cette jeune femme qu’il a rencontré il y pas si longtemps… C’est sa copine maintenant depuis un mois seulement. Ils ont fêté nouvel an ensemble et quant minuit à sonné leurs lèvres ont légèrement dérapé… Il sonne à la porte, et au bout de minute interminable, Anna finit par ouvrir la porte. Elle est seulement vêtue d’une serviette de douche, et semble quelque peu essoufflée et affolé. « Logan… Tu ne travaille pas ? » ; « J’ai terminé… Euh… Je peux rentrer ? » demande-t-il trouvant bizarre qu’elle ne se soit pas jeté sur lui et qu’elle ne l’ai pas déjà invité à entrer dans l’appartement. « C’est que.. » ; « C’est que ? » ; « Tu devrais repasser Logan. » Il comprend que quelque chose ne va pas, elle n’est pas comme d’habitude. Sans prêter attention au barrage qu’elle fait avec son corps pour l’empêcher de passer, il entre dans l’appartement et se dirige vers la chambre à coucher qu’il connait bien. Et là le spectacle qui s’offre à lui est… Surprenant. Ecœurant. Complètement nu, un bonhomme entrain d'attendre a copine. La sienne « Putain de merde ! Tu fais ça avec tous les mecs que tu croise dans la rue ou quoi? Un mois qu’on est ensembles et t’as même pas été capable de garder tes putains de cuisses fermés ! » ; « Je vais t’expliquer, c’est pas ce que tu crois Logan… » Il ne répond pas, colle son poing dans la gueule de son collègue avant de faire demi-tour, il donne un violent coup d’épaule à Anna en passant, puis claque la porte derrière lui.

Logan a 30 ans, à Fort Bliss – « Ecoute Mako je peux te rappeler plus tard ? J’ai ma visite médicale annuelle à passer… Je crois que ça va bientôt être à moi. » Il range son téléphone dans la poche de sa veste et patiente encore un peu. Il remarque le regard de la dame en face de lui, mais ne dit rien et fait comme si il n’avait rien remarqué. « Mr Wiggins ? » Il lève la tête, une femme frôlant facilement la cinquantaine lui adresse un sourire alors qu’il se lève. Derrière elle, il remarque une demoiselle qui se contente de lui sourire aussi. « Veuillez nous suivre. » Il s’exécute, suivant les deux femmes dans le cabinet médical. « Tout d’abord Mr Wiggins, laissez moi vous présenter Juliette Steele, elle est étudiante en soins infirmiers et fait son stage chez nous… Elle va assister, si ça ne vous dérange pas à votre visite médicale. » Il lance un regard à ladite Juliette qui s’empourpre aussitôt. « Pas de problème. » Il lui adresse un petit sourire, ne manquant pas de l’observer. Elle est jeune, fraiche, elle a l’air terriblement insouciante et dynamique. Un rayon de soleil. Un beau rayon de soleil. « Alors Mr Wiggins vous avez… » Le téléphone sonne et coupe le médecin dans sa phrase. Elle s’excuse et répond. Quelque peu ennuyé, Logan la quitte du regard, laissant ses yeux se balader dans la pièce. Il observe les affiches de préventions sur les murs, jette un rapide coup d’œil vers la fenêtre, avant d’observer la petite stagiaire. Elle porte une blouse blanche, qui lui va plutôt bien. Rien à voir avec la tenue sexy de l’infirmière qu’on imagine… Mais malgré tout ce pantalon et cette blouse trop grande lui vont bien. Il l’observe. Elle. Ses jambes. Sa poitrine. Puis son visage. Il surprend son regard, elle s’empourpre et cette fois, c’est lui qui détourne la tête. Bon sang, cette gamine à facilement dix ans de moins que loin, qu’est-ce qu’il lui prend ? « Juliette... Je vais en avoir pour un moment au téléphone, tu veux bien faire passer sa visite à Mr Wiggins ? » Sur ses mots le médecin se lève, le téléphone à l’oreille et quitte la pièce. Visiblement peu sur d’elle, Juliette s’approche et prend la place occupée juste avant par le médecin. « Je… Euh… Vais vous prendre la tension… » Elle se lève, légèrement nerveuse, contourne le boulot et s’approche de lui, un tensiomètre à la main. « Quel bras ? » demande-t-elle. Il tend automatiquement le bras droit et avec douceur elle remonte la manche de son pull. Il ne la quitte pas des yeux. Ce geste à l’air si doux à côté de tout ce qu’il a vécu. Si doux… Et pourtant se n’est rien. Elle referme le brassard autour de son bras et s’appuie contre le bureau, laissant la machine faire le boulot. « Vous étiez militaire ? » Il hoche la tête. « Je le suis toujours un peu… On ne tire pas un trait sur ce métier comme ça… Je... J’enseigne maintenant. » Il baisse les yeux. « Pourquoi est-ce que vous avez préféré vous tourner vers l’enseignement plutôt que de continuer sur le terrain ? » Visiblement, elle n’a pas lu son dossier. « J’ai perdu beaucoup trop de chose en étant sur le terrain. » Elle ne répond pas, et à la place l’appareil aimer un petit bip indiquant que la prise de tension est terminée. « 12/8, c’est parfait » lançe-t-elle en lui retirant le brassard. Juliette griffonne les données rapidement sur un morceau de papier et se tourne vers lui. « Hhhm.. Maintenant, il va falloir vous peser... Il faudrait que vous.. Vous… vous enleviez vos vêtements s’il-vous-plait. » Il sourit remarquant la façon dont elle bafouille et le rouge sur ses joues. Il se lève aussitôt et retire son pull rapidement, se retrouvant torse nu. Il retire ses chaussures. Il ouvre sa ceinture, déboutonne son jean et le laisse glisser, se retrouvant en boxer. Évitant soigneusement de le regarder, elle lui indique le pèse personne d’un geste de main. Il grimpe dessus. « Mr Wiggins… Vous pouvez enlever votre gant non ? » Il se fige. Son gant, c’est vrai. Il pivote légèrement vers elle et après un court instant de réflexion, décide de le retirer, dévoilant sa prothèse. Moment gênant, horrible. Il n’aime pas que les gens sachent qu’il lui manque une main. Il a horreur des regards sur ce membre. Horreur. C’est pour ça qu’il cache toujours le tout sous un gant noir. Elle ne le quitte pas des yeux. « Vous avez… » Elle ne trouve pas ses mots. Il se demande ce qu’elle en pense. Trouve-t-elle ça dégoutant ? Bizarre ? A-t-elle pitié ? « Comment est-ce que ? » Toujours la même question… Il donne toujours la même réponse. « Je ne me souviens pas. Je me souviens seulement de la douleur… Et puis plus rien. Je me suis réveillé avec une main en moins et deux doigts de pied portés disparus… je peux remettre mon gant ? » Elle hoche la tête et le lui tend. Il s’en empare et l’enfile aussitôt, pressée de cacher ce qui lui sert désormais de main. Elle s’approche finalement de lui frôlant son bras de sa blouse blanche et penche pour noter les chiffres qu’indique la balance. « Hmm.. Je vais vous mesurer. » Elle l’entraine vers le mur et se hisse sur la pointe des pieds pour réussir à voir les chiffres. Elle est trop petite. Ou peut-être bien que c’est lui qui est trop grand. Perdant l’équilibre elle se retient à la première chose qu’elle trouve : lui. Une main sur son torse nu, l’autre se tenant à sa main gantée. Elle rougit. Il l’observe. Il se sent subitement très proche de cette jeune femme. Trop proche. Il peut sentir son souffle contre sa peau. Sa main sur son torse. Il n’aime pas qu’on touche sa prothèse, pourtant, c’est ce qu’elle est entrain de faire. Il ne dit rien. « 1m91.» finit-il par dire. Se ressaisissant, elle hoche la tête, et s’écarte de lui, notant à nouveau sur le morceau de papier. « Juliette… Tu veux bien descendre au labo récupérer les prélèvements de ce matin ? Je vais finir de m’occuper de Mr Wiggins. » Le médecin est de retour. Logan se glisse dans son pantalon et le remonte, alors que la jeune Juliette lui lance un dernier regard et sort de la pièce.


made by @blueprint && mistletoe


Dernière édition par Logan Wiggins le Mer 15 Jan - 19:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
fondatrice

avatar

Et quand on beaucoup de chance, il se produit quelque chose qui n’arrive qu’une seule fois sur des millions ; la personne qu’on aime nous aime aussi.

Lettres postés : 151
Date d'arrivée : 29/12/2013
Pseudo : modern talking
Disponibilité RP : Oui

Avatar : Kristen Kreuk
Âge du personnage : 30 ans
Double compte? : Pas pour le moment
Côté coeur : Mariée et très amoureuse
Lieu d'habitation : Underco'
Job : Avocate
Points : 327

MessageSujet: Re: Logan - C’est seulement quand on a tout perdu qu’on est libre de faire tout ce qu’on veut.   Mer 15 Jan - 16:19

BARNES <3 excellent choix d'avatar et réserve-moi un lien :D
Sinon bienvenue parmi nous et bon courage pour ta fiche :D

✂ - - - - - - - - - - - - - - -

i just feel sort of empty these days + And there's no remedy for memory your face is like a melody, it won't leave my head your soul is haunting me and telling me that everything is fine but I wish I was dead every time I close my eyes It's like a dark paradise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


“ Invité „

MessageSujet: Re: Logan - C’est seulement quand on a tout perdu qu’on est libre de faire tout ce qu’on veut.   Mer 15 Jan - 16:33

Bienvenue sur le forum :love:
Super choix d'avatar  :heart: 
Revenir en haut Aller en bas
Invité


“ Invité „

MessageSujet: Re: Logan - C’est seulement quand on a tout perdu qu’on est libre de faire tout ce qu’on veut.   Mer 15 Jan - 17:39

Excellent choix d'avatar :**: :**:
Bienvenue parmi nous et bonne chance pour la suite :heart:
Revenir en haut Aller en bas
Invité


“ Invité „

MessageSujet: Re: Logan - C’est seulement quand on a tout perdu qu’on est libre de faire tout ce qu’on veut.   Mer 15 Jan - 18:21

    Oxane, merci beaucoup.  :coeur:  & je te garde ça :)

    Jawad, merci beaucoup  :keur: J'adore le prénom  :**:

    Charlie, Lana  <3 Merci :)
Revenir en haut Aller en bas
Invité


“ Invité „

MessageSujet: Re: Logan - C’est seulement quand on a tout perdu qu’on est libre de faire tout ce qu’on veut.   Mer 15 Jan - 19:15

BEN :hanwi: garde moi un lien omg :bave: bref welcome here :hey: n'hésite pas a nous mp au besoin et have fun here! :**:
Revenir en haut Aller en bas
Invité


“ Invité „

MessageSujet: Re: Logan - C’est seulement quand on a tout perdu qu’on est libre de faire tout ce qu’on veut.   Mer 15 Jan - 19:51

Merci  <3 Je te réserve ça  :hé: 
Revenir en haut Aller en bas
fondatrice

avatar

Et quand on beaucoup de chance, il se produit quelque chose qui n’arrive qu’une seule fois sur des millions ; la personne qu’on aime nous aime aussi.

Lettres postés : 151
Date d'arrivée : 29/12/2013
Pseudo : modern talking
Disponibilité RP : Oui

Avatar : Kristen Kreuk
Âge du personnage : 30 ans
Double compte? : Pas pour le moment
Côté coeur : Mariée et très amoureuse
Lieu d'habitation : Underco'
Job : Avocate
Points : 327

MessageSujet: Re: Logan - C’est seulement quand on a tout perdu qu’on est libre de faire tout ce qu’on veut.   Mer 15 Jan - 20:09





FÉLICITATION


Ales là, cela s'appelle de la fiche :p En tout cas j'ai pris plaisir à la lire. Tu es donc validé et HAVE FUN  :haha: 




Félicitation, tu fais maintenant parti entièrement de cette belle famille. Tout d'abord, tu dois valider ton avatar pour que nous puissions le mettre dans le bottin, alors clique ici. Pour te trouver un toit pour dormir, clique ici et pour trouver un emploi clique par là. Vu qu'il faut de la compagnie dans la vie de tous les jours, je te propose de cliquer ici pour poster ta fiche de lien et par ici pour créer tes scénarios. Et pour terminer, n'hésite pas à harceler le staff si tu as des questions ☀


✂ - - - - - - - - - - - - - - -

i just feel sort of empty these days + And there's no remedy for memory your face is like a melody, it won't leave my head your soul is haunting me and telling me that everything is fine but I wish I was dead every time I close my eyes It's like a dark paradise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


“ Contenu sponsorisé „

MessageSujet: Re: Logan - C’est seulement quand on a tout perdu qu’on est libre de faire tout ce qu’on veut.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Logan - C’est seulement quand on a tout perdu qu’on est libre de faire tout ce qu’on veut.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Tout savoir sur les Sectes
» TNT - la télé tout numérique
» la liberté, c'est quand t'as tout perdu ✖ az
» J'aime le patinage... Seulement quand je n'en fais pas.
» « Tu vois beauté, quand un homme a choisi la liberté, il peut s'offrir tout ce qu'il y a de meilleur » The tramp

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE LAST CHANCE :: SECOND OF ALL › SHOW ME WHO YOU ARE :: so i bare my skin :: validés-